• Sérénité amoureuse

    J'ai déjà plusieurs fois évoqué ma non-jalousie. Sentiment bizarre, mais qui mérite d'être analysé encore et encore...

    Pour moi, la jalousie apparente est l'expression d'une "possession mal placée" : de quel droit est-on "propriétaire" de l'autre, fût-il l'être aimé, son conjoint légitime ?

    Je ne peux l'accepter...
    Pour autant, comment expliquer ce sentiment de douleur, lorsqu'on est ainsi en manque, manque dont je ne souffre pas ou peu, semble-t-il, bien que j'aime...

    Ce décalage de perception m'a parfois torturé jusqu'à la douleur, jusqu'à la souffrance, et a provoqué une culpabilité terrible. Le fait que je ne souffre pas aurait-il signifié que je n'aime pas, du moins pas avec la même intensité que je suis aimé ?
    De quoi vraiment culpabiliser.
    Je me suis même souvent demandé si je savais aimer, si j'étais capable d'aimer.

    Je pense que oui. Mais simplement, la souffrance due à ce manque ne me touche guère, car je sais que je suis aimé, et cette certitude suffit à mon bonheur et me comble. Je n'ai pas forcément besoin de présence physique (disons pas à un point si impérieux que ça) pour combler le manque.

    J'oserais peut-être faire le parallèle avec un autre comportement, celui que j'appellerais de "collectionneur". C'est-à-dire une personne qui passe son temps à chercher à acquérir une chose, mais qui, une fois qu'elle l'a acquise, se satisfait de la sensation de possession, sans nécessairement en envisager l'usage au quotidien.

    Ainsi, le collectionneur fortuné va acquérir des tableaux ou des objets de valeur, mais sera heureux de les savoir à l'abri dans son coffre de banque, sans avoir besoin de les exposer dans un musée ou dans sa maison. Le sentiment de satiété procuré par la notion de possession, de l'acquisition de l'objet convoité lui suffit pour être heureux.

    gouttePourquoi ce parallèle, alors ?

    Parce que, pour moi, je me rends compte que la simple certitude d'être aimé suffit à ne pas me rendre jaloux, à apaiser les affres de l'état de manque, de l'absence de l'autre. Bien sûr, il me faut des moments de présence physique, de rencontres réelles... bien sûr, je la verrais volontiers tous les jours si c'était possible... mais je sais que je ne souffre pas trop des moments d'absence ou d'attente...

    J'ai longtemps culpabilisé, me disant que je ne savais pas aimer puisque je ne souffrais pas.
    Mais puisque je sais qu'elle m'aîme, peu m'importe le temps (raisonnable quand même) entre deux rencontres... peu m'importe aussi qu'elle prenne du plaisir physique en d'autres bras que les miens... si elle me sourit encore et m'accueille toujours en son coeur...

    Je l'aime...


  • Commentaires

    1
    little
    Samedi 18 Juin 2005 à 09:57
    Bonjour Charmeur
    joli post.........mes commentaires dans messagerie privée...Baisers matinaux de bon week end
    2
    Dimanche 19 Juin 2005 à 09:23
    monogamie
    Je suis bien d'accord avec toi. C'est une marque de maturite de n'avoir pas besoin d'etre avec son amour et de la faire confiance sans la jalousie. Il y a pas longtemps ou j'avais ecrit des pensements dans mon blog qui ressemblent a les tiennes ici. Malheureusement, je suis plus avec cette fille, mais c'etait plutot un question de notre relation. Pendant qu'on etait ensemble, je l'avais vu presque jamais, et ca m'avait pas gene. Et alors j'ai realise que je suis meme plus collectionneur que toi: je voulais etre avec cette fille, juste parce que j'avais envie d'avoir une copine. Pas parce que je voulais la baiser tout le temps ou quelque chose comme ca, mais ca me donnait un sens de securite de juste savoir que j'avais une copine.
    3
    Charmeur
    Lundi 20 Juin 2005 à 01:34
    Mecaustralien
    Tu sais, à y réfléchir, combien de personnes font des choix dans la vie, par convention, par conformité, par égoïsme ou possession...? Bien plus qu'on ne pense, je crois... Mais finalement, collectionner le Bonheur, ne serait-ce pas une belle occupation ? Amitiés à toi.
    4
    Lundi 20 Juin 2005 à 08:37
    conformite
    Eh oui t'as bien raison. C'etait pour ca que j'etais content a avoir un relation ou il y avait pas de monogamie. Le monogamie, c'est un convention qu'on suit, sans jamais questionner. J'aime bien ton idee de collectionner le bonheur :>
    5
    heaven
    Lundi 20 Juin 2005 à 08:39
    mec australien
    je veux bien te donner un sentiment de securite si tu veux, mais en toute polygamie alors ;-)
    6
    léon
    Jeudi 17 Novembre 2005 à 19:43
    non
    là je ne te suis pas du tout..c'est même un rien terrifiant cette conception..et si on revisionnait le film de Marco Ferreri "la dernière femme" ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :