• J'ai honte...

    J'ai honte.

    Oui j'ai honte. J'ai voulu (curiosité morbide ?) voir si l'on trouvait la vidéo montrant la décapitation de Nicolas Berg, ce civil américain kidnappé et tué par des musulmans intégristes.

    Je l'ai trouvée... Je l'ai visionnée... et j'ai failli en vomir de dégoût et d'horreur...

    Ma première réaction a été d'avoir honte de moi. Pour avoir regardé cela. Nicolas Berg ne méritait certainement pas une telle curiosité morbide, malsaine.

    Puis je me suis mis à traiter les personnes qui ont fait cela de barbares.
    Car il n'y a pas d'autre mot.

    Enfin, je me suis dit, tout comme d'autres commentateurs de radio et de télévision l'ont fait, que cela avait été sans doute provoqué par les comportements de l'armée américaine en Irak.

    Et je me suis rappelé d'un récit, entendu sur France Info mardi 18 mai ou mercredi 19 mai au matin, que pour les musulmans, il était plus horrible et humiliant de se trouver nu devant des femmes que d'égorger un homme.

    Alors, j'ai tenté de faire la part des choses.
    Entre les humiliations reçues d'une part, et l'horreur que je venais de voir de l'autre...

    Heureusement que je suis tolérant et à l'esprit ouvert. Car regarder ce film pourrait pousser n'importe quel esprit un peu fragile à n'importe quelle violence, n'importe quelle dérive, n'importe quelle vengeance...

    Mais je me dis aussi que, même avec d'autres échelles de valeur, je ne peux pas admettre que la dignité d'un homme soit supérieure à sa vie...
    Il y a des choses qui me dépasseront toujours.

    Qu'il soit inacceptable d'humilier ainsi un homme, je peux le comprendre. Sans problème.
    Ce que les américains ont fait est inacceptable, indigne d'un comportement civilisé.

    Mais la réaction des personnes qui ont assassiné Nick Berg, c'est de la barbarie pure et simple.
    Pour moi, il y a un degré d'horreur énorme, un décalage que je ne peux l'admettre.

    Et je me dis que, si pour ces gens-là, il est moins grave d'égorger ainsi un homme, que de se montrer nu devant d'autres êtres humains (hommes ou femmes), alors je constate avec effarement que j'ai une autre idée de la "civilisation" et que, décidemment, je ne peux les considèrer que comme des barbares.

    Nous n'avons rien en commun.
    __________________
    Charmeur, écoeuré.


  • Commentaires

    1
    Tschok
    Mardi 25 Mai 2004 à 12:47
    Salut Charmeur
    Comment va? Faut pas avoir honte, la mort est notre lot à tous. On est curieux de savoir comment ça se passe, c'est naturel. Petite précision: s'il était vraiment plus humiliant pour un musulman de se trouver nu devant une femme que de tuer un homme, je vois pas comment ils arriveraient à faire des gosses et ils se seraient tous entre-égorgés. Comme quoi on raconte vraiment n'importe naouk, même sur France Info, apparemment.
    2
    NaB
    Mardi 25 Mai 2004 à 12:56
    le gouffre
    A vrai dire je sais plus quoi penser dans toute cette histoire. Qui est barbare, qui est le méchant, le gentil ????? Tout les reperes ont explosés, tout ça ressemble a la route de l'abime ?
    3
    Tschok
    Mardi 25 Mai 2004 à 13:13
    Repères
    Je me faisais exactement la même réflexion. Je pense: Un homme est mort. J'espère qu'il a pu affronter cette épreuve dignement. Quand bien même ne serait ce pas le cas, la honte n'est pas sur lui mais sur ses assassins. Assassins: une personne est jugée pour les faits qu'elle a commis personnellement. Pas son voisin, pas son frère, pas son peuple. Rien qu'elle. Si elle est coupable, elle est punie. Elémentaire, non? Et bien non justement: deux grandes démocraties donnent un exemple inverse (Etats Unis et Israel) Dans leur lutte contre le terrorisme, les terroristes présumés qu'elles capturent sont détenus au secret dans des conditions douteuses et sans jugement. Ceux qui ne sont pas capturés sont tués sans jugement. Autours de ces cibles, il y a des gens qui sont également tués au cours des actions dites "anti terroristes". Elles sont considérées comme des pertes collatérales, bien que jamais on ait employé ce terme. Ces pertes sont acceptées par ceux qui les occasionnent, mais pas par ceux qui les subissent. Ceux qui les subissent éprouvent un sentiment de révolte qui alimente à son tour un cycle de violence. La petite machine infernale fonctionne bien. Pour une démonstration de son efficacité à produire du sang et de l'horreur, se référer à l'Irak, par exemple. Notre problème: le discours de légitimation de la violence nous a contaminé. Regarde par exemple les uniformes des policiers et observe à quel point ces uniformes se sont militarisés, ainsi que les méthodes des policiers. Il y a une multitude d'autres signes. Notre solution: démonter pièce par pièce le discours de la violence et faire primer le droit en tant qu'outil opérationnel d'une justice peut être imparfaite, mais possible. Qu'est devenue la juriste qui était dans le blog? Il faut la rappeler illico!
    4
    yannick
    Lundi 12 Septembre 2005 à 00:01
    nicolas berg
    bonjour a toi , voudrais tu me dire ou as tu trouver la video du meurtre de ce journaliste . moi aussi ce doit etre une curiosité . et aussi pour encore plus me degouter de ces gens là . mervi a toi par avance
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :