• Centre des impôts

    Autre histoire, il y a bien longtemps... près de... oups... 20 années !!!
    Jeune arrivé dans mon premier job, je travaillais parfois en relation avec le centre des impôts local. Nous avions noué de bons contacts et sympathisé.

    Ma correspondante attitrée, 30-35 ans, assez grande, des rondeurs sensuelles, pulpeuses, un peu "italiennes", brune, les yeux pétillants de malice, m'avait "tapé dans l'oeil", comme l'on dit.
    Mais à l'époque, je n'osais pas... timide (tout comme aujourd'hui, mais j'ignorais que je pouvais plaire...). Et puis c'était un contact professionnel, donc pour moi, il me semblait que la barrière était infranchissable.
    Nos conversations, cependant, tournaient bien souvent autour d'une séduction voilée, pleine parfois de délicieux sous-entendus, et il me semblait qu'en d'autres circonstances, elle n'était ni timide ni farouche.

    Et puis un jour, en début d'après-midi, je l'appellai pour un motif professionnel. Elle me répondit, mais son ton très gai, sa voix légère me laissaient à penser qu'elle avait dû avoir, le midi, un repas "arrosé". Elle m'avoua qu'elle avait été invitée à un pot entre collègues, et qu'elle y avait bu un peu plus que de raison.
    La conversation devint gentiment taquine, puis coquine, et je ne sais plus comment, je la mis au défi de me recevoir, même dans l'état où elle se trouvait. Elle m'invita immédiatement à passer la voir à son bureau, lequel n'était distant que d'une vingtaine de minutes du mien, en voiture.

    J'y arrivai peu de temps après. Elle m'attendait, les yeux brillants, et je dois dire qu'elle était resplendissante cette après-midi-là. Elle m'ouvrit la porte (porte pleine) de son bureau, me fit entrer, la referma et - était-ce la conversation téléphonique qui nous avait échauffé à ce point ? - nous nous sommes embrassés immédiatement, à perdre haleine, un long baiser intense, fou, d'un érotisme torride, comme pour rattraper le temps perdu.
    Elle avait gardé une main sur la poignée de la porte, pour prévenir toute intrusion inopportune.

    Nous avons repris notre souffle un instant, elle en profita pour fermer sa porte à clef. Les mains libres, nous les occupâmes à découvrir nos corps, par-dessus les vêtements... ses mains étaient largement plus audacieuses que les miennes, je m'en aperçus vite !
    Elle m'attira vers la grande armoire du bureau, à portes battantes qu'elle ouvrit à l'équerre, pour nous y loger à l'abri des regards. Il est vrai qu'avec les deux baies vitrées du bureau, un passant aurait pu nous apercevoir... Je n'imaginais pas ce qui allait suivre...

    Elle s'agenouilla, déboutonna mon pantalon avec fébrilité, me libéra, et, avant même que je puisse réagir ou protester, m'englouti pour débuter une magnifique fellation !
    Je n'ai pas pensé à la repousser, je n'en avais plus envie... et elle s'appliquait terriblement à m'ôter de la tête toute envie de ce genre.
    Je n'ai pas pensé à l'environnement administratif, à ses collègues qui passaient parfois, à moins de deux mètres, dans le couloir.
    Je n'ai pas pensé à la fenêtre, aux passants qui n'avaient aucune idée de ce qui se passait là.
    J'étais bien... et cette caresse audacieuse, surprenante quant à l'endroit aussi bien qu'aux circonstances, m'avait transporté hors du temps, hors de cet espace austère et bien conventionnel...

    J'étais cependant bien conscient de la singularité de l'événement et je me souviens avoir été partagé entre d'une part la tentation de faire durer la caresse, pour savourer et délecter ce moment unique, et d'autre part l'inquiétude de voir quelqu'un frapper à sa porte, ce qui nous poussait quand même à ne pas trop éterniser l'instant.
    C'est cette seconde option que je choisis, option qui me semblait d'ailleurs la plus raisonnable, ne serait-ce que pour elle, car elle risquait gros !
    Finalement, je me rendis et elle ne me lâcha pas avant d'avoir complètement eu raison de moi, de ma résistance, de mon désir, et je me souviens encore que la violence du plaisir m'avait presque coupé les jambes...

    Elle se releva, avec un petit sourire à la fois tendre et satisfait, et le baiser que nous échangeâmes ensuite était plein de sous-entendus.
    Elle tourna à nouveau la clé dans la serrure, mais je restai encore de longues minutes dans son bureau, cette fois-ci pour discuter, et dans une position tout à fait convenable.
    Nous envisageâmes de nous revoir par la suite, à l'hôtel... ce qui fut fait dans les semaines suivantes. Je la revis quelques fois, mais je changeai de services quelques mois après... et perdis tout contact avec elle.

    Depuis, je ne pénètre plus dans un centre des impôts sans un léger sourire et une douce émotion...


  • Commentaires

    1
    NaB
    Lundi 13 Septembre 2004 à 15:55
    Coquinerie
    mhhhhh ça vaut toute les littératures érotique du monde tout ça...
    2
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 15:59
    Petite pensée...
    J'ai eu deux pensées très particulières, en le rédigeant, et une autre, plus générale...
    - pour EclatDuSoleil, qui souhaite disposer de récits pour rédiger ces nouvelles...
    - pour Angie qui craignait de voir arriver, dans notre petite "cité de blogs", un centre des impôts...
    - pour vous tous enfin, sachant que l'échéance du 3ème tiers arrive, et que vous avez, pour beaucoup, à rédiger un chèque pas drôle du tout, et dont on se passerait bien...

    Alors, si j'ai pu vous faire sourire, rêver un peu... j'en serai heureux...
    3
    Tschok
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:07
    Prélèvements obligatoires
    Quand on raconte que le fisc nous suce jusqu'à la moelle et ben pour une fois c'est vrai! Bravo Charmeur!
    4
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:12
    Sucer ???
    J'hurle de rire devant mon écran, Tschok !!!
    En fait, je n'y avais pas pensé, mais c'est bien trouvé ;-D
    Mais là, c'est une contribution directe que j'ai eu plaisir à effectuer, si je puis me permettre à mon tour !
    5
    Ange
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:13
    Tu penses à moi...
    ... en rédigeant un article ? Waouh :) Flattée, la dame. Des centre des impots comme ca, j'en veux bien un à chaque coin de rue
    6
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:14
    Pensées...
    Angie, je n'ai pas besoin d'écrire pour penser à toi ;-)
    7
    Angy
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:16
    Wou-a-ouh :-)
    Quel compliment, j'en reste bouche bée.
    8
    Tschok
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:20
    Un ami qui te veut du bien
    Evite de rester bouche bée avec Charmeur, ça pourrait mal finir
    9
    Ange
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:21
    Tschoky chéri...
    Figure toi que j'ai eu la même pensée en appuyant sur 'envoyer'. Mais j'ai espérer que personne n'aurait la délicatesse de relever. Loupé.
    10
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:25
    Mais pour qui...
    ... allez vous me faire passer ?
    Je suis sûr que Angie a la plus belle bouche qui soit, et l'idée de la clore d'un baiser est bien la seule qui me vienne à l'esprit pour l'instant...
    Mais il est vrai que Tschok a des commentaires qui ne s'embarassent point de finesse, ce lundi... ;-)
    C'est vrai qu'il ne fait pas "dans la dentelle"... tout comme moi, certes... mais moi, j'ai la faiblesse de lui préférer le satin...
    11
    Tschok
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:27
    Mauvaise pensée
    Ca ne m'étonne pas de toi.:)
    12
    Tschok
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:29
    OK Charmeur
    C'était juste pour rire. Moi aussi j'étais écroulé devant mon ordinateur. Si je te fais rire, c'est normal que tu me fasses rire, non? Chuis sûr que t'es qqu'un de très bien. Et c'est lundi et il fait pas beau. Enfin ça n'a aucun rapport. Bon, j'm'en vais.
    13
    Ange
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:33
    Les esprits s'échauffent...
    ... laissons retomber la pression. Je ne parlerai point de ma bouche, ni de dentelle, ni de satin. Des rumeurs de trio pourraient naître...
    14
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:43
    Trio...
    Oh oui... toi, moi et tes dessous... quel trio sensuel...
    15
    Ange
    Lundi 13 Septembre 2004 à 16:45
    Quels dessous ? ;-)
    Ok, je vais briser le mythe : je porte rarement des dessous quand je vais à un rendez-vous. Mais chuttttt, c'est un secret ;-)
    16
    Tschok
    Lundi 13 Septembre 2004 à 17:00
    Duo
    Bon ben vous serez que deux alors. :)
    17
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 17:09
    Sans dessous dessous ?
    ... dommage... ma vision de l'érotisme en prend un coup ! ;-)
    Je m'abstiendrai de tout autre commentaire... sauf que je me dis que tu dois certainement éviter les mini-jupes l'été... au moins ces jours-là !!!!
    18
    J.
    Lundi 13 Septembre 2004 à 18:51
    ...
    Mais tu es vieux Charmeur !! ;P Ok je sors... (de toute façon vous avez l'air bien occupés) :P
    19
    Charmeur
    Lundi 13 Septembre 2004 à 19:22
    Vieux ???
    J., peux-tu préciser ta pensée ? En quoi mon "grand âge" intervient-il ?
    Sur ma vision de l'érotisme ? pour un rendez-vous (virtuel of course) avec Angie ? ...
    Si tu savais les âges de mes rencontres... pffff... rires...
    20
    J.
    Lundi 13 Septembre 2004 à 21:00
    réponse
    Cette histoire que tu as vécu, elle a 20 ans... et tu conduisais déjà :P...
    21
    Charmeur
    Mardi 14 Septembre 2004 à 00:51
    Vieux ?
    Ben... j'ai indiqué, dans la rubrique "Moi", que j'avais la "mi-quarantaine"... donc bientôt 45 ans, yes...
    Mais si vous demandez à ceux qui me connaissent, il paraît que j'en fais beaucoup moins physiquement...
    quant à mon esprit, je le crois encore jeune... même ma fille (16 ans) me trouve parfois plus gamin qu'elle, plus fou, voire insortable... alors... ;-))
    22
    heaven
    Mercredi 15 Septembre 2004 à 02:41
    comme d'habitude
    j'arrive apres la bataille, enfin, trop bu hier, vais me recoucher moi
    Heaven , prelevee a la source
    23
    petitechose
    Mercredi 15 Septembre 2004 à 15:49
    nouvelle groupie
    Je me délecte habituellement des récits d'Ange .......Sans faire de commentaires.. Mais là ..Des coups à vous faire regretter les prélèvements mensuels..
    24
    EclatDuSoleil
    Jeudi 16 Septembre 2004 à 00:20
    ;-)
    J'avais lu le texte, pas les commentaires : j'avais loupé quelque chose ! Grand moment d'anthologie, auquel je ne vois rien à ajouter qui ne soit du "réchauffé" ! Tschok est toujours aussi décapant et à propos ! En fait, j'étais venue remercier pour ton commentaire sur mon Pink Blog, Charmeur... et puisque me voilà explicitement autorisée à m'inspirer de ta vraie vie pour inventer mes histoires, je dois reconnaître que cet épisode-ci est assez suggestif... J'ai déjà quelques idées, il faut que ça mûrisse et que j'aie le temps de les mettre en forme... Je pense que tu seras un peu surpris... mais il suffit parfois de donner l'impulsion, et l'imagination vous a d'imprévisibles rebonds... Merci en tous cas de lui proposer quelque matière... bon je m'arrête là, je sens que je suis sur un terrain glissant... A bientôt, ici ou dans mes pages !
    25
    Charmeur
    Lundi 20 Septembre 2004 à 00:56
    Hélas...
    Ce "prélèvement" fut unique... le seul...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :